AVENIR DE SAFRAN.

    L’ association « Avenir de Safran » s’est constituée à l’été 2007, à l’initiative de quelques anciens présidents des sociétés du groupe Safran, afin de défendre les intérêts des actionnaires de Safran qui ont travaillé au sein de ce groupe et ont contribué à son expansion. Son président est l’ancien directeur financier Jacques-Henry DUFOUR.
    Dans une période où le marché des actions a un comportement assez irrationnel, il n’était pas acceptable que des opérateurs extérieurs puissent, par des considérations à caractère égocentrique, apporter un doute sur la possibilité de notre groupe à se développer seul de manière optimale.
    Les actionnaires de SNECMA avaient déjà mal vécu sa fusion avec SAGEM, décidée trop rapidement et que la Bourse n’avait pas saluée avec enthousiasme, loin de là. La nouvelle menace d’un rapprochement avec Thalès, dont les atouts dans la propulsion aéronautique et spatiale et dans le freinage ne sont pas évidents, ne pouvait qu’inquiéter. Vouloir très vite construire de grands groupes industriels, croyant qu’ils sauront ainsi mieux résister à la concurrence internationale, n’est pas la panacée. Alcatel et Lucent, qui oeuvraient pourtant sur des secteurs comparables, n’ont pas vraiment réussi leur fusion.
    Voilà le cœur du sujet. Avenir de Safran n’a pas pour vocation de travailler au développement de Safran, Jean-Paul Herteman et son équipe sont là pour ça et mieux armés que nous. Notre intervention consiste, grâce à notre connaissance des différentes sociétés du Groupe, à fournir un éclairage particulier sur les comptes annuels, sur l’évolution économique à plus long terme, sur les capacités à engranger des bénéfices avec le développement des services et des ventes de rechanges qui devraient exploser à partir de 2010. Les analystes financiers n’ont souvent qu’une vue à court terme des affaires, et l’on s’est rendu compte que les décideurs dans les cabinets ministériels (Jacques-Henry DUFOUR a rencontré ceux des trois ministres de tutelle) connaissaient mal Safran.
    Il s’agit donc de répandre les bonnes informations autour de nous. Un site Internet sera créé. Pour agir il nous faudra des moyens. Nous sommes déjà une soixantaine. Venez nous rejoindre, la cotisation est minime (10 €) et la transformation des actions au nominatif quand elles sont au porteur ne coûte rien. Et si, par hasard, vous ne possédez pas encore d’actions Safran, c’est le moment d’en acheter !


Roger LAFONTA