L’ATTERRISSAGE

 

N°27 – Juin 2008

 

BULLETIN DE L’

           ASSOCIATION DES ANCIENS

                   CADRES ET…………

                            ASSIMILÉS DES SOCIÉTÉS

                MESSIER

 

Si vous voulez : -  Ecrire au bureau : bureau@acam.asso.fr

- Consulter le site internet ACAM :  http://www.acam.asso.fr

 

Editorial du Président

 

Chaque jour on nous annonce un nouveau record du prix du baril de pétrole : 130, puis 140 $...
Certains le voient déjà à 200 $ ! S’il y en a encore, car dans 50 ans, au train où vont les choses, on ne trouvera plus une goutte de pétrole, nous dit-on. La Terre aura été asséchée.

Tout le monde s’enflamme pour savoir si le « pic pétrolier mondial » est atteint. C’est l’instant où la production mondiale, arrivée à son maximum, ne saurait que décroître à l’avenir. Nous avons effectivement prospecté une grande partie de la planète et les découvertes de nouveaux gisements conséquents deviennent rares. De plus il faut quelques millénaires pour que les sédiments se transforment en pétrole. Certains experts nous disent que ce pic a été franchi en 2006, car la production mondiale de pétrole a décliné de 200 000 barils/jour par rapport à 2005. D’autres pensent que ce pic pourrait être atteint en 2010, voire 2030. Ouf ! je n’ai pas trop de soucis à me faire.

Cet assèchement est dû au comportement forcément irresponsable des chinois et des indiens qui se mettent à acheter trop d’automobiles, aidés en cela par Renault qui veut leur produire une voiture à 2000 $ (il n’y a plus assez d’éléphants en Inde pour promener sa petite famille). D’ici à ce que Carlos Ghosn soit accusé d’être l’ennemi public n°1 de l’humanité, il n’y a qu’un pas !

On recommence donc à creuser dans le sud-ouest de la France, puis dans la région parisienne. Que penser de mon ranch normand ? Il y a toujours eu beaucoup de forêts dans cette région et j’avais appris que le pétrole provenait de la décomposition de cette biomasse. J’ai peut-être une chance.

Mais s’il n’y a plus de pétrole, on a des idées, et la Science progresse au quotidien. La voiture électrique c’est pour demain. Carlos Ghosn l’a promis. La voiture oui…, mais de camion de 35 tonnes ? On aura peut-être moins d’embouteillages sur les routes.

On ne manque pas de grands projets pour remplacer le pétrole. Il y a une quarantaine d’années, au moment où l’on posait le pied sur la Lune, un chercheur avait, sur la base de calculs très sérieux, démontré que si l’on plaçait des feuilles d’étain ou d’aluminium bien orientées sur notre satellite, qui nous présente toujours la même face, on augmenterait considérablement la réflexion des rayons du soleil vers la Terre et l’on pourrait se dispenser de l’éclairage nocturne des villes et des campagnes jusque vers 2h00 du matin, et cela pour toute l’Europe et l’Afrique du Nord. Il suffisait de recouvrir la Lune d’une surface égale à la France (environ 500 000 km²) de feuilles réfléchissantes qui n’auraient pas besoin d’un renforcement particulier puisqu’il n’y a ni atmosphère (donc pas de vent) ni d’humidité sur la Lune. Il y a là une économie possible de plusieurs milliards de kWh, donc de pétrole.

On voit par ailleurs le développement tous azimuts des éoliennes. Les usines marémotrices vont également se multiplier. On va même créer des usines basées sur les courants marins, sans compter tous les sites hydrauliques possibles encore inexploités en Afrique et en Amérique du Sud. Le nucléaire va trouver ses lettres de noblesse. Les panneaux solaires vont fleurir sur toutes les constructions nouvelles et la géothermie va chauffer nos piscines.

Mais il n’y a pas de petits profits. Tout est bon pour produire de l’électricité. Les vélos d ‘appartement seront reliés au four électrique, et dans les réceptions mondaines on ne s’étonnera pas d’entendre « encore 10 km et nous passons à table ». A Hongkong, le California Fitness Club a trouvé un procédé pour relier les tapis de course, utilisés par ses adhérents, au circuit d’éclairage de ses salles de musculation et recycler ainsi toute l’énergie autrefois perdue.

A Londres, le cabinet d’architecte Facility a imaginé le projet « Pacesetters ». Partant du fait qu’un piéton produit 6 à 8 watts à chaque pas, il a conçu un escalier intégrant un système hydraulique et piézoélectrique capable de transformer les vibrations en lumière. Et de conclure que si l’on récupérait, ne serait-ce que 30 à 50% de l’énergie émise par les 34 000 personnes qui traversent la gare de Victoria aux heures de pointe, on ferait briller 6 500 ampoules basse consommation pour éclairer suffisamment la gare. Plus simplement, à Stockholm, on envisage de récupérer la chaleur humaine des 250 000 passagers quotidiens de la gare centrale, pour chauffer un nouvel immeuble voisin.

A Rotterdam, Pays-Bas, le 1er night-club « vert » proposera à partir du 4 septembre prochain, une piste de danse montée sur ressorts, capable de faire briller une grande partie des spots lumineux de la piste. Il reviendra au Disk Jockey le soin de faire swinguer les danseurs au bon rythme « Allez, chauffe Marcel ! ».

Vous voyez bien qu’avec des idées, on pourra se passer du pétrole ! Et ce sera bon pour la planète car on rejettera moins de CO2.

Page 1