Les premiers pas de Messier dans l’aéronautique avec le Farman F-190

Cet avion est l’un des premiers, sinon le premier (recherche en cours), équipé d’un train d’atterrissage Messier.

Il effectue son premier vol en Juillet 1928, et est certifié le 12/11/1928.
C’est un avion polyvalent : tourisme, reconnaissance, photographique, ambulance, liaison, bombardier léger, transport 4 passagers ou de fret, avec un seul pilote aux commandes et un mécanicien éventuellement.
Plusieurs moteurs sont proposés au choix : en étoile Gnome et Rhône 5ba "Titan" de 230 ch, ou Farman 230 ch., ou Renault 230 ch., ou Salmson 230 ch., ou Lorraine 240 ch., ou Hispano-Suiza 250 ch.
Il a une voilure monoplan semi-cantilever (porte à faux haubanné), construction en bois et toile, et mâts en duralumin.
Il a été produit à une soixantaine d'exemplaires en plusieurs versions F-191 à F-199 selon la motorisation et la mission.
A cette époque des « grands raids », le F-190 a ouvert de nouvelles routes vers Madagascar et Saigon, en contribuant au développement de l'aéropostale et des services de fret. Parmi ceux-ci on peut noter :
- Le F-190 n°4 participe notamment du 29/01/1929 au 29/03/1929 à la mission Air Afrique de 15 000 km.
- Le F-190 n°11 avec l’équipage français du Commandant Bailly Reginensi et Moussot, du 26/03/1929 au 20/04/1929 effectue la liaison Paris-Saigon en 10 jours (78h 35 min) et Saigon-Paris en 9 jours (84h 25 min).
- En 1930 Maurice Noguès (1889-1934) premier directeur général adjoint d’Air France, relie la France à l’Extrême-Orient à bord du Farman 190 F-AJLL. Il arrive à Saigon le 9/03/1930 après un voyage de 27 jours. C’est le début de la « ligne Noguès » d’Air France.
- Du 3/04/1931 au 17/07/1931, le F-197 n°6 accomplit un périple complet autour du continent africain, couvrant une distance de 35 961 km.
- Le 17/04/1932, le F-190 « Le Marcel Lalouette » à moteur Lorraine de 300 ch. piloté par Goulette et Salel, effectue les 9 380 km qui séparent Paris du Cap en moins de 4 jours.
- En mars 1934, Edouard Alfred Corniglion-Molinier en compagnie de Maillard emmènent André Malraux survoler le désert du Yémen à la recherche de la mystérieuse capitale de la reine de Saba. Une image apparaît furtivement mais le F-190 ne peut atterrir. Au retour, l’avion est pris dans un cyclone « C’est là que j’ai rencontré pour la première fois l’expérience du « retour sur la terre » qui a joué un grand rôle dans ma vie et que j’ai tenté plusieurs fois de transmettre. C’est aussi celle de tout homme qui retrouve sa civilisation après avoir été lié à une autre… » (extrait - Antimémoires - André Malraux)


André Malraux devant le F-190 avec Corniglion-Molinier en 1934

 

. Caractéristiques F-190 : envergure 14,10 m, longueur 9 m, hauteur 3 m, surface alaire 40 m2, masse à vide 1030 kg, masse maxi 1800 kg. . Performances : vitesse maxi 180 km/h, vitesse de croisière 160 km/h, distance franchissable 800 km, plafond 5 000 m. . Caractéristiques F-196 à moteur Gnome et Rhône 7Kbr de 300 ch : envergure 15,70 m, longueur 10,20 m, hauteur 2,58 m, surface alaire 40 m2, masse maxi 1800 kg. . Performances F-196 à moteur Gnome et Rhône 7Kbr de 300 ch : vitesse maxi 215 km/h, distance franchissable 800 km, plafond 7 000 m.

 
. Train d’atterrissage : classique fixe sans essieu, à débattement latéral; les amortisseurs oléopneumatiques indépendants Messier assurent l'autonomie des suspensions gauche et droite. Freins à tambour Messier, roues à rayons, pneus 750x150 mm Le brevet Messier 687 045 du 20/12/1929 concernant un perfectionnement au train d'atterrissage est appliqué sur cet avion. Cette description, ainsi que beaucoup d’autres sont consultables sur le site ACAM : www.acam.asso.fr

 

 

 

 

Michel Glémarec

Annexe