A Peyreleau nous avons remonté les Gorges de la Jonte, tout aussi impressionnantes que celle du Tarn, pour revenir à Meyrueis.

Le troisième jour fut plus technique. Nous sommes allés admirer le viaduc à haubans de Millau qui croule sous les superlatifs des autochtones : le plus haut du monde (343 mètres pour le sommet du plus grand pylône, plus haut que la tour Eiffel, le tablier étant à environ 375 mètres au-dessus du Tarn) et le plus long d’Europe (2460 mètres). Un terre-plein a été spécialement aménagé, surplombant l’autoroute, pour que les touristes aient une perspective complète sur le viaduc. La vue depuis la rive du Tarn est encore plus impressionnante.

Après un déjeuner typiquement régional, nous avons pu visiter la cité médiévale de la Couvertoirade. Fondée par les Templiers, elle fut rachetée par les Hospitaliers de l’Ordre de Malte, au moment où les Templiers entrèrent en disgrâce auprès du roi Philippe le Bel. Faisant partie du patrimoine mondial de l’UNESCO, cette cité est en pleine reconstruction. Une présentation vidéo nous a retracé la genèse de la ville et nous avons eu accès au musée, cantonné dans une tour, et au chemin de ronde. Enfin une visite libre de la cité a clos ce voyage avant de retourner à Millau où nous nous sommes dispersés, les adeptes du TGV vers Montpellier, ceux qui prolongeaient, vers Meyrueis et les automobilistes chacun dans sa direction.

Roger LAFONTA

 

 

remue-meninge

 

ROGER LAFONTA vous propose une vieille énigme du Vème siècle avant Jésus-Christ du temps où les journalistes d’Athènes s’envoyaient déjà des textos.

            Qu’a bien voulu dire ce journaliste qui a fait paraître dans la presse locale :

 


 

 

SOLUTION DE L’ENIGME PRECEDENTE :

 

Soit « xy » l’âge de Jean le jour J de son anniversaire. On suppose qu’il s’agit d’un nombre à 2 chiffres. Ce jour là, Paul, son fils, fête également son anniversaire ; il a « yx » ans, ce qui fait avec l’âge de son père un nombre palindrome « xyyx ».

 

Cela s’était déjà produit une fois, il y a « n » années. L’âge de Jean était alors « ab » et celui de Paul « ba », a et b n’étant pas nuls.

On a donc deux relations :

                                               xy-n = ab, qui s‘écrit également : 10x + y – n = 10a + b  et

                                               yx-n = ba, qui s’écrit également : 10y + x – n = 10b + a

 

en faisant la somme de ces égalités on obtient :

                                               11(x+y) – 2n = 11(a+b), ou encore :

                                               11(x+y-a-b) = 2n.

 

On en déduit que n est multiple de 11 et que (x+y-a-b) est pair, mais cette dernière affirmation est toujours vraie puisque (x+y-a-b) = 2, si n = 11.

Puisque le nombre palindrome ne s’était produit qu’une fois avant le jour J, ce jour là Paul a donc entre
22 et 32 ans et la fois précédente entre 11 et 21 ans, le plus probable étant 14 ans, ce qui donnait 41 ans à son père qui aurait été père à 27 ans. Le jour J, ils auraient respectivement 25 et 52 ans.

Le nombre palindrome se reproduisant tous les 11 ans, les prochaines fois ils auraient 36 et 63 ans, puis 47 et 74 ans, … .

 

Mais 26 et 62 ans sont encore possibles, ce qui donnerait 36 ans à Jean le jour de la naissance de son fils. La combinaison 27 et 72 ans laisserait moins de chance pour que le nombre palindrome se reproduise encore une fois.

                                                                       Roger LAFONTA

Page 4