MUTUELLE  SAFRAN, OU EN EST-ON ?

 

         Une réunion d’information a été organisée le 11 décembre dernier au siège de SAFRAN par la DRH.

Madame Dominique Castera, afin d’informer les associations de cadres retraités de l’avancée des négociations sur la Mutuelle SAFRAN. A cette réunion, sollicitée par Michel Harvey, président de l’ACARS (Anciens de la SNECMA), participaient également les représentants des autres associations du groupe.

         Il y a une volonté de la direction de SAFRAN d’harmoniser les mutuelles du groupe, au nombre de 25. En liaison avec les syndicats, un cahier des charges avait été adressé à 5 organismes : Mornay, IONIS, PRC, MV-4 et la Mutualité Française. Il leur était demandé, naturellement, de proposer leurs conditions les plus avantageuses, c’est à dire une cotisation modérée et des remboursements pris dans la fourchette haute des 20% des mutuelles actuelles les mieux disantes.

         Les négociations n’ont pu réellement commencer qu’en septembre 2006. Sont retenues la Mutualité Française et MV-4 pour les gros risques des salariés. Il est prévu, aujourd’hui, qu’il y aura deux sortes de régimes : celui des actifs, auquel la direction apportera, comme par le passé, une petite contribution (environ 260 000 € par mois, soit 5 € par actif), et celui des retraités qui devra se financer seul et donc avoir des comptes équilibrés.

         Sur les 7500 retraités recensés, 5300 ont une mutuelle complémentaire. Par conséquent, il sera offert deux possibilités aux retraités :

         - une mutuelle de base qui assurera des remboursements équivalents à ce qui correspond au ticket modérateur légèrement amélioré ; la cotisation serait alors de 60 € par mois et par personne,

- une mutuelle plus généreuse, couvrant le ticket modérateur et une mutuelle complémentaire ; la cotisation serait alors de 90 € par mois et par personne.

Les Mutuelles ayant accumulé quelques réserves, 4 M€ seraient apportés en déduction sur les cotisations des membres retraités sur les 5 premières années (déduction décroissante : 6, 5, 4, puis 2,5 et 1 € la 5ème année).

         Si les syndicats arrivent à se mettre d’accord, le nouveau système pourrait se mettre en place le
1er juillet 2007, sinon ? Il est prévu qu’une commission de suivi des retraités sera créée et il a été demandé qu’un représentant des retraités en fasse partie. Dès que possible, on devrait également recevoir un tableau des garanties, selon le régime choisi. Cette mutuelle sera obligatoire pour tous les salariés, et facultative pour les retraités.

Roger LAFONTA

 

JOURNEE UFR-FNAR AVEC LES PRESIDENTS D’ASSOCIATIONS

 

         Le Président de l’UFR, Jean Catherine, et celui de la FNAR, Sylvain Denis, avaient réunis les Présidents des Associations le 13 novembre dernier, afin de leur faire connaître leur volonté d’unir davantage leurs efforts et de se rapprocher au sein de la CFR. Ils ont loué des bureaux communs au 83 av. d’Italie, au métro Tolbiac, dans le 13ème arrondissement de Paris, qui leur permettent également d’y offrir un espace à la CFR.

         Le rassemblement des deux équipes dans un même lieu commun va favoriser un certain nombre de projets et renforcer leur action. Ils travaillent en commission et sont généralement les pilotes et les meneurs dans les démarches  qu’ils souhaitent que la CFR suive. Leur efficacité s’en trouvera donc renforcée.

         Or les deux années à venir, 2007 et 2008, seront très importantes pour les seniors avec les élections et l’actualisation de la loi Fillon. Il ne faut surtout pas se présenter en ordre dispersé, ce qui ferait le jeu des seuls décideurs. Déjà, on dénote quelques avancées et les candidats aux élections semblent découvrir qu’il leur faudra compter avec les retraités, qui représentent 12,5 millions d’électeurs.

         La CFR se bat, entre autres, pour une fusion des divers systèmes concernant les retraités : le versement des pensions, l’assurance maladie, les problèmes de vieillissement et de dépendance, la solidarité. Le regroupement des moyens permettrait des économies avec une meilleure efficacité. Naturellement la CFR devra être présente dans les commissions qui traiteront de ces problèmes. On prévoit que l’AGIRC et l’ARRCO seront déficitaires dès 2012 ou 2015 si on n’agit pas, et cela malgré une natalité qui se porte mieux en France que dans les pays voisins, et une forte immigration.

         La CFR va donc redoubler ses efforts pour diffuser ses propositions avant les élections et atteindre le maximum de candidats. Elle s’appuie sur l’OSS (Observatoire Seniors Société) qu’elle a créé, et va multiplier les rencontres régionales avec l’aide des délégués régionaux de l’UFR et de la FNAR. Elle est présente dans l’association européenne AGE avec 25 autres associations françaises et européennes, ce qui lui permet d’opérer un lobbying efficace dans les discussions sur les retraites au niveau européen.

 

Roger LAFONTA

 

Page 2