L’ATTERRISSAGE

 N°23 - Juin 2006

BULLETIN DE L’

            ASSOCIATION DES ANCIENS

                         CADRES ET

                     ASSIMILÉS DES SOCIÉTÉS

                                     MESSIER

 
 

LE MOT DU PRÉSIDENT

 

 

Le développement des semi-conducteurs au milieu du siècle dernier est sans doute à l’origine de l’extraordinaire révolution technologique et psychologique que le monde a connue avec l’informatique et les nouvelles techniques de communications. Dans les années 1950, les ingénieurs de l’aéronautique utilisaient encore, pour dimensionner leurs avions, la règle à calcul, aujourd’hui reléguée au musée des curiosités préhistoriques, et il fallait attendre deux ans pour disposer du téléphone en France.
Pour Candide, l’invention du transistor fut un bien pour l’Homme. Les pessimistes penseront au contraire que ce n’est pas pour rien qu’on a qualifié de « puces » les dérivés du transistor qui ont permis le développement de systèmes d’armes de plus en plus sophistiqués.
Après la « Grande Guerre », des savants comme FERMI, PAULI et les CURIE, ont travaillé sur la radioactivité à des fins hautement pacifiques. Sont-ils responsables du développement des centrales nucléaires ? C’est en tout cas un bien pour la planète (c’est mon avis et je le partage !). Mais, là encore, doit-on leur imputer la bombe atomique ?
Que doit-on alors penser des nanotechnologies, qui vont sans doute bouleverser le XXIème siècle ? Certains y voient la fin de tous nos maux avec la révolution génétique et la guérison de multiples maladies devant lesquelles on était encore impuissant il y a quelques années. En écologie, ce sera le bonheur complet avec les microorganismes gloutons qui nettoieront la planète en moins de temps que le ramassage des poubelles les jours où les éboueurs ont décidé de ne pas faire grève.


 


 

 

 Et le contrôle de la quantité de CO² dans l’atmosphère ne se posera même plus.
Par contre, les pessimistes paniquent de terreur à la possibilité de mettre en œuvre des moyens de destructions à côté desquels la bombe à neutron fait figure d’aimable enfantillage. Il sera possible, lorsqu’on saura maîtriser parfaitement des manipulations au niveau de la molécule, d’envoyer dans la nature des milliards d’imperceptibles robots, difficilement détectables mais capables d’anéantir installations stratégiques et abris antiatomiques, ou porteurs de virus plus virulents que la peste.
Et, sur six milliards d’individus ne se lèvera t-il pas un super fou plus nuisible qu’ATTILA, le désherbant universel ? Si Hitler a été plus performant que ses prédécesseurs pour exterminer les peuples, n’est-ce pas tout simplement parce que sa technologie était plus avancée et donc plus efficace ?
Mais je suis plutôt de la race des candides, et je pense que dans le meilleur des mondes où nous vivons, la France, nous aurons encore quelques années de tranquillité et, en conséquence, je vous invite tous à des vacances encore bien méritées, dans un coin super tranquille (comme le fin fond du Massif Central, ou la Dordogne), où l’on peut encore trouver la paix et vivre caché pour vivre heureux.
Tiens, demandez-le aux Anglais !

 

 

 

Roger LAFONTA

Page 1