L'ATTERRISSAGE

 

 

N0 21 SEPTEMBRE 2005

 

 

BULLETIN DE L'

ASSOCIATION DES ANCIENS        

                                                                CADRES ET

                 ASSIMILES DES SOCIETES

MESSIER

 

 

 

 

 

 

EDITO : Planète bleue

LE MOT DU PRESIDENT

 

                                   

Le temps libéré par la retraite est une opportunité pour voyager. Ces voyages, pas nécessairement lointains, sont l’occasion d’observer la nature. Et nous, les seniors, pouvons constater l’évolution du pays.

Il y a trois quarts de siècle, la France était surtout un pays agricole.. Progressivement elle s’est industrialisée. 

Nous avons d’abord vu le côté positif de la course vers le progrès : amélioration du niveau de vie, recul des maladies, accès aux loisirs.

 Nous avons occulté le côté sombre du progrès.

L’industrialisation a conduit à de graves pollutions.

- Pollution de l’air, provoquant le réchauffement climatique qui engendre des canicules plus fréquentes et provoque des sécheresses : diminution des récoltes, incendies dans le Midi, orages violents, à l’origine de graves inondations, et en déferlant des hauteurs, les eaux de pluie, qui ne sont plus ralenties par la végétation disparue, ravinent la terre arable, premier pas vers la désertification. De plus, la surexploitation des forêts diminue la production de la chlorophylle.

- Pollution de l’eau : nos rivières sont transformées en égouts, les nappes phréatiques sont empoisonnées par les pesticides et les nitrates.

- Certaines de nos campagnes sont défigurées par des dépôts d’ordures à ciel ouvert, véritables dépotoirs où les sacs en plastique sont les vedettes.

J’arrête là l’inventaire : il est suffisamment inquiétant. Notre belle planète bleue va manquer d’eau et l’eau c’est la vie ! 

Si l’on ne veut pas laisser à nos petits enfants un globe semblable à la Lune ou à Mars, soyons tous comptables de la gestion de notre environnement immédiat.

Ne gaspillons pas les ressources qui sont limitées, économisons l’eau et l’énergie : les prochaines générations nous remercieront ou nous condamneront.

 Le choix est clair !

Pierre_DALSOGLIO

 

Il a fallu attendre 1905, pour que les frères Wilbur et Orville WRIGHT, précurseurs à l’époque dans le plus lourd que l’air, puissent voler sans trop de difficultés, avec leur « Flyer », pendant quelques dizaines de minutes autour de leur champ, à une trentaine de mètres du sol, à Huffman Prairie près de Dayton. Ils étaient deux à travailler sur ce projet . 

Un siècle plus tard, le 27 avril 2005, l’Europe faisait décoller un avion de 560 tonnes, l’Airbus A380. Ils devaient être 20 000  à travailler sur cet avion qui devrait emporter jusqu’à 800 personnes.

Si nous autres, de l’ACAM, avons suivi avec intérêt ce premier vol, parce que, anciens des sociétés MESSIER, nous sommes impliqués dans cette réussite, nous n’avons peut-être pas prêté la même attention à cet autre exploit : l’ arrivée de « Huygens »  sur Titan, le 14 janvier 2005.

Un pari fou ! Faire parvenir, après un périple de 7 ans et un parcours de 3,5 milliards de kilomètres, un « vaisseau spatial » (Cassini), capable de larguer la sonde Huygens, qui après une « plongée » de 3 semaines dans une atmosphère à 1 500°C, atterrit sur le sol à -180°C, d’une lune de Saturne, plus grosse que mercure : Titan. Son « Allo T où » annonçant son arrivée a mis ensuite 67 minutes à nous parvenir.

Un siècle seulement, la vie d’un homme, a suffi pour passer d’un hobby de bricoleurs de génie à la réalisation de projets colossaux. L’acharnement de quelques pionniers : ADER, les frères WRIGHT, FARMAN, VOISIN, … est à la base du développement d’une nouvelle industrie qui a créé des centaines de milliers d’emplois et a permis un rapprochement sans précédent des terriens, qui en moins de 24 heures peuvent se retrouver en n’importe quel point du globe.  C’est prodigieux !

            Roger LAFONTA