.

A C A M

Association des anCiens et des Actifs des sociétés Messier
Inovel Parc Sud
7 rue du Gal Valérie André
78140 Vélizy-Villacoublay

HISTORIQUE MESSIER

 

 

Historique Messier Accueil
Historique Messier 1920 à 1945
Historique Messier 1946 à 1970
Historique Messier 1971 à 1994
Historique Messier 1995 à 2000

Historique Messier à partir de 2001
Historique Messier annexes (SNECMA et sources)
Anciennes publicités Messier
Bulletins Messier Informations
Plaquette Messier de 1935 / Amicale George Messier

Moteur de recherche dans toutes les pages HISTOIRE

Changer le fond

HISTORIQUE  DE  LA  SOCIETE  MESSIER (2001 et au delà)


Cette chronologie a été établie d'après les éléments en notre possession, nous remercions à l'avance toute personne pouvant compléter ou corriger les renseignements ci-dessous
Sources documentaires : Les chiffres entre parenthèses indiqués à la fin des événements représentent les sources documentaires utilisées. (voir page Annexes)

.

- 1/02/2001 : Snecma réunit ses activités nacelles et inverseurs de poussée d'Hispano-Suiza Aerospace et d'Hurel-Dubois, dont il a finalisé l'acquisition en décembre dernier, au sein de la Holding Hurel-Hispano. Cette solution permet de maintenir les contrats et les alliances que les deux sociétés avaient contractés. Les sociétés communes Aircelle créée entre Airbus et Hispano-Suiza Aerospace ou encore Air Nacelles Services et Macchi Hurel-Dubois et respectivement Aircelle et Aermacchi ne s'en trouvent pas modifiées.


- 20/02/2001 : Snecma Moteurs et Rolls-Royce créent une nouvelle filiale commune 50/50 qui sera chargée des programmes concernant les moteurs des avions de combat développés pour le compte des gouvernements français et britannique. Cette création a été ratifiée par la signature d'un accord entre John Rose, directeur général de Rolls-Royce et Dominique Paris PDG de Snecma Moteurs, en présence de Jean-Paul Béchat et de sir Robert Walmsley directeur général de la "Defense Procurement Agency". Rolls-Royce et Snecma Moteurs travaillent actuellement sur le TP400, turbopropulseur qui motorisera l'Airbus A-400M. La future société sera basée à Londres, et sera dirigée par Guillaume Giscard d'Estaing.


- 9/03/2001 : BFGoodrich change de nom et devient Goodrich, annonce David Burner son Président. Le groupe avait racheté Cleveland Pneumatic (trains d'atterrissage), puis avait fusionné avec Coltec en 1999. (BF représentait les initiales des prénoms de Goodrich : Benjamin Franklin).

 

- 16/03/2001 : Messier Services France choisit son progiciel de gestion intégré (PGI = ERP ; Enterprise Resource Planning) pour ses activités de maintenance aéronautique. Le suédois Intentia avec sa solution "Movex Aviation" a répondu à tous les critères de choix et permet de simplifier les opérations de gestion, de gérer les performances commerciales, d'optimiser l'organisation de production et la relation avec les fournisseurs, partenaires et clients, tout en intégrant la technologie du "e-business". Le contrat a été signé fin janvier pour un montant évalué à 3 Millions d'euros. Le développement se fera tout au long de l'année 2001 avec la société Messier Services France, pour une mise en service mi-2002. Sur les 470 personnes de Messier-Service France, 315 seront formées à l'utilisation du progiciel.


- 6/04/2001 : Sept mois après avoir annoncé le rachat de Hurel-Dubois, le groupe Snecma constitue le 1er pôle européen de nacelles en réunissant les actifs d'Hispano-Suiza Aérostructures et ceux de Hurel-Dubois sous la holding Hurel-Hispano. Pesant 500 M Euros de chiffre d'affaires et d'un effectif de 2 500 personnes en Europe, la société Hurel-Hispano devient le numéro 3 du secteur, Christian Knapp, PDG de la société indique qu'elle est opérationnelle, et dispose de moyens plus forts pour rivaliser avec la concurrence Goodrich. La nouvelle société entend se placer sur le prochain marché de l'Airbus A380. Outre la conception de nacelles et la maintenance réparation, le groupe conserve en son sein les activités dans le domaine des matériaux composites.


- 20/04/2001 : L'usine de Coventry de Dunlop Aviation engage la reconstruction de son banc dynamométrique destiné à tester les roues et freins de sa fabrication et de ses concurrents. Dunlop Aviation va dépenser 3,5 M£ (5,5 M€) pour que ce banc soit capable de tester les roues et freins du futur Airbus A380, ainsi que ceux des Boeing 777 les plus récents.


- 17/05/2001 : Le Gouvernement lance un appel d'offres pour choisir une banque conseil pour une éventuelle privatisation du Groupe Snecma dont le capital est détenu aujourd'hui à 97,22% par l'Etat, 1,73% par United Technologies et 1,05% par divers actionnaires. La banque retenue devra assister l'Etat pour le choix d'un ou plusieurs partenaires intéressés à entrer au capital de Snecma et de son entrée en Bourse. français.
"Il faut que la structure du capital de Snecma soit adaptable pour lui permettre de faire face à des accords européens" affirme Alain Richard, le ministre français de la Défense.


- 1 au 14/06/2001 : Pour honorer son passé aéronautique, la ville de Montrouge organise une exposition retraçant les débuts de l'aviation où se sont établis deux pionniers : Paulin Ratier et George Messier.
Ratier a fondé son entreprise d'hélices d'avions en 1908, et Messier dans les années 20.
Cette exposition de photos, matériels et documents est complétée par un rappel iconographique sur les grands pilotes de l'époque des grands raids.


- 23/06/2001 : Attendue depuis de longs mois, la mise sur le marché boursier d'environ ¼ du capital de Snecma a été annoncée par le Premier Ministre Lionel Jospin, au Salon du Bourget. Cette opération doit lui permettre de "participer activement au processus de consolidation européenne attendu dans ce secteur". "Cette ouverture permettra également aux salariés de l'entreprise d'être davantage associés au succès industriel du groupe, dont l'Etat reste largement majoritaire".
Grâce à ce premier pas vers une privatisation, Jean-Paul Béchat aura plus de liberté pour convaincre les autres motoristes continentaux à capitaux privés, MTU, Fiat-Avio, Volvo Poincaré de constituer un pôle européen dans les moteurs aérospatiaux.


- 08/2001 - Dominique Paris, PDG de Snecma Moteurs, Yves Bonnet, Vice Président de Snecma et Daniel Abehsera, vice-président chargé des activités Airbus de Messier-Dowty signent avec l'homologue russe Hydromash représenté par Vladimir Luzyazin, un double accord de coopération.
Cet accord prévoit la création d'une société conjointe dédiée aux activités d'ingénierie basée en Russie, ainsi que la création d'un atelier de fabrication d'éléments de trains d'atterrissage, dont une unité de production de vérins pour les avions A-400M et A-380. Les deux entités seront mises en place au premier semestre 2002, avec des premières pièces fabriquées en 2003.
Selon Daniel Abehsera, cet accord permet à Messier-Dowty de se développer sur trois axes : la fabrication et l'usinage de grandes pièces en titane, le soudage d'acier spéciaux à haute résistance, ce qui au passage lui permettra de s'affranchir de grandes pièces forgées, et surtout de la sous-traitance d'études, de calculs et d'essais de qualification qui seront effectuées dans la nouvelle coentreprise franco-russe.


 - 18/09/2001 : Le Gouvernement repousse l'entrée en Bourse de Snecma prévue initialement en Octobre 2001. L'ouverture du capital de Snecma n'est pas remise en cause, mais elle aura lieu quand les conditions de marché le permettront. "Il n'est pas question de brader le patrimoine de l'Etat" a notamment déclaré Jean-Paul Béchat.
Snecma a dégagé un excédent brut d'exploitation en hausse de 36,5%, à 527 millions d'euros au premier semestre 2001, sur un chiffre d'affaires de 3,392 milliards d'euros, en progression de 37,8%. Le résultat d'exploitation est de 347 millions d'euros, en hausse de 25,3%, et le résultat net à 222 millions d'euros, en hausse de 33,7%.
Ces résultats auraient ouvert la campagne d'introduction en bourse sous les meilleurs auspices, si les attentats du 11/09/2001 à New York contre le World Trade Center et à Washington contre le Pentagone n'avaient entraîné son ajournement, par suite d'une baisse importante de la Bourse mondiale.
Boeing, dans la tourmente annonce 20 à 30 000 licenciements, et prévoit de réduire ses livraisons à 500 appareils, au lieu de 538, en 2001, et pourraient ne pas dépasser 400 en 2002.

 

- 1/10/2001 : La SOPEMEA, 51% Messier-Bugatti et 48% GIFAS, est cédée par ses actionnaires au groupe APAVE, afin d'assurer la pérennité de l'entreprise. Bien implantée dans le secteur aéronautique où elle réalise 46% de son chiffre d'affaires, selon son Président Serge Saby, l'entreprise doit diversifier plus largement ses activités et surtout sa clientèle. La SOPEMEA emploie 120 personnes à Vélizy, et a réalisé en 2000 un chiffre d'affaires de 84 MF (12,8 M€). A la mi-2000 elle a cédé sa participation de 35% dans Intespace, spécialisée dans les essais spatiaux et les techniques environnementales (ingénierie, essais et logiciels).
Le groupe APAVE, au travers de la société Sopavib à Lyon, détenue à 50% par SOPEMEA, 40% par l'APAVE, et 10% Vibratec, était déjà le partenaire de la SOPEMEA.
Le groupe APAVE réalise un CA de 400 M€ et emploie 6 500 salariés, axe ses activités sur l'inspection et le contrôle technique d'installations industrielles avec pour objectif la sécurité des personnes et le maintien de l'outil de production.


- 31/12/2001 : Chiffre d'affaires Groupe Snecma : 6,89 Md Euros (+ 22,1%) - 1047 moteurs livrés par Snecma Moteurs, et 860 par Turboméca. Par contre les résultats seront amputés de provisions pour les années difficiles 2002 et 2003.
A périmètre comparable, les ventes Snecma n'ont progressé que de 6,5% à 6,893 Md Euros, mais la marge d'exploitation est passée de 9,9% en 2000 à 10,4% en 2001.
Le résultat net s'établit à 358 M Euros, à comparer aux 318 Millions de 2000.
Le rythme des prises de commandes s'est ralenti, passant de 6,1 Md Euros en 2000, à 5,5 Md Euros en 2001, et le carnet de commandes s'élève à 9,2 Md Euros contre 9,4 Md Euros en 2000.
- CA Messier-Dowty France (?) : 296 M Euros, marge nette : 6,1%, effectifs : 1110 personnes, 16 000 avions équipés dans le monde.


- 18/01/2002 : Snecma prévoit une baisse de 10% de son chiffre d'affaires et une baisse de production de moteurs civils de 30% en 2002, à la suite de la crise du transport aérien mondial. Snecma moteurs prévoit de ne livrer en 2002 que 700 à 750 moteurs en raison d'annulations.
Snecma pourrait réduire ses effectifs de 10% sur 2 ans, 4% en 2002 et 6% en 2003, soit 3800 personnes sur les 38 000 personnes du Groupe, par départ naturel à la retraite, retraite anticipée et volontariat.
Les effets de la reprise ne se feront pas sentir chez Snecma avant 2004 ou 2005. Dans ces conditions J.P. Béchat estime raisonnable que le processus de privatisation ait été suspendu. Il ne pourra reprendre que lorsque la visibilité permettra d'élaborer des prévisions fiables.


- 15/02/2002 : Snecma Moteurs et NPO Saturn formalisent 2 accords à Moscou en ouvrant des bureaux d'ingénierie communs.
- Le premier concerne le bureau d'études Smartec qui débute ses activités avec 10 ingénieurs diplômés d'instituts célèbres. Le bureau dispose des dernières nouveautés en matière de technologie de l'information, stations de travail CATIA, Patran, Samcef, etc...
- En second lieu, c'est l'ouverture du bureau de programme SM-146 qui travaillera en coopération avec Smartec. Ce bureau est mis en place pour soutenir Sukkhoï dans le développement du système propulsif de l'avion régional russe, développé conjointement avec Boeing et Iliouchine.


- 1/03/2002 : Messier Services International devient une entité juridique, avec effet rétroactif au 1/01/2002. Cette société holding dépend de la branche "Equipements" du groupe Snecma, et est présidée par Benoît Gosset. Son capital de 37 337 580 Euros est détenu pour les 2/3 par Messier-Dowty et le 1/3 restant par Messier-Bugatti. Elle englobe toutes les activités Services et Réparations de Messier-Bugatti à Molsheim, et l'activité distribution de pièces de rechanges de Messier-Dowty, et les Centres de Support Clients CSC sont regroupés avec l'activité Réparation.
Messier Services International englobe les filiales Messier Services aux Etats-Unis (190 personnes), au Canada (20 personnes), à Singapour (185 personnes), sans oublier les deux implantations françaises à Vélizy et à Molsheim (530 personnes), et celle de Grande-Bretagne (190 personnes). Marcel Schott devient Président Directeur Général de Messier Services France.
Le nouveau Directeur de l'établissement de Molsheim est Jean-Paul Colesse.
En plus de ses propres filiales, Messier-Services International pilote un réseau de sociétés de services en partenariat. Il s'agit de A-Pro aux USA, détenu à 50/50 avec Dassault Falcon Jet, d'Hydrep en partenariat avec TAT Industries, et de S-Pro détenue à parité avec Singapour Technologies (ST Aero).
Reconstitué, le chiffre d'affaires des Messier Services International en 2001 s'est élevé à 145 M Euros pour l'activité Réparations, et le volume d'affaires pour la distribution de rechanges s'est élevé à 237 M Euros. A ce chiffre il faut ajouter la contribution des co-entreprises qui s'est élevée à 55 M Euros. Ce chiffre d'affaires global de 437 M Euros était en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2000.


- 1/03/2002 : Les activités "équipement" de Labinal rejoignent Messier-Bugatti.

Ce sont les activités TPIS/BTMS, environ 60 personnes dirigées par Philippe Arnaud, situées près de St Ouen, (mesure des pressions et températures des roues et freins) qui rejoignent la Division Régulation de Freinage, les activités "actionneurs", environ 100 personnes dirigées par Jacques Mignot, forment une nouvelle division, la DA. Elles devraient intégrer le site de Vélizy à mi-2002, dans le bâtiment H agrandi.

Deux sociétés entrent dans le périmètre de gestion de Messier-Bugatti : Sofrance et Technofan.
Sofrance est spécialisée dans la conception et la fabrication de filtres et de systèmes de filtration d'air, de carburant et de liquides hydrauliques. Elle est située près de Limoges et dirigée par Etienne Boisseau.
Technofan est leader mondial dans les composants et les systèmes de ventilation et de refroidissement notamment de freins. Elle est située à Toulouse et dirigée par Thierry Misson.


- 26/03/2002 : Pose de la première pierre de l'atelier de rénovation des disques de frein carbone chez A-Carb aux USA.


- 06/2002 : TRW vend sa division aéronautique, ex Lucas Aerospace,  à l'équipementier Goodrich pour
1,5 milliard de dollars en cash. Avec un chiffre d'affaires de 1,1 milliard de dollars en 2001 et 6 200 personnes, TRW Aeronautical Systems, la plus petite des quatre divisions de l'équipementier, est fournisseur de tous les grands programmes aéronautiques civils et militaires. Goodrich ancien fabricant de pneumatiques sous le nom de BF Goodrich, est actuellement sorti de cette activité pour se concentrer sur celle d'équipementier aéronautique avec 4,2 milliards de chiffre d'affaires en 2001 et 18 000 employés dans 20 pays.

 

- 07/2002 : Messier-Dowty ouvre un nouveau centre d'essais d'atterrisseurs sur son centre de Gloucester, après un an de construction. Ce centre de 30 000 m2 qui a coûté 7 M£ (10M$), est plus grand de 60% par rapport au précédent.

 

- 10/2002 : La baisse des livraisons d'Airbus et de Boeing a un impact direct sur l'activité atterrisseurs du premier semestre 2002. Une baisse de 11,5% est constatée, soit 484 unités livrées.
La Snecma a constaté un recul de 9% d'activité globale, à 3,091 Md€, au cours de ce premier semestre de l'après "11 Septembre", la marge d'exploitation restant largement positive à 8,5%, le bénéfice net s'élevant à 121 M€, soit une chute de 45,5%. La prise de commandes s'est élevée à 2,75 Md€ avec notamment 548 moteurs CFM56 vendus, ce qui donne un carnet de commandes à 10,5 Md€ (contre 9,2 Md€ à fin 2001). Les activités de services ont connu une croissance de 10% à 1,11 Md€, alors que l'activité de première monte chutait de 18%. La dette financière nette atteint désormais 736 M€. Dans cet environnement incertain, Jean-Paul Béchat reconnaît que toutes les grandes opérations boursières et industrielles sont repoussées à des jours meilleurs.

Pour les neuf premiers mois 2002, Airbus a engrangé 150 commandes fermes (contre 325 en 2001 et 305 en 2000), et a livré 219 appareils (contre 236 en 2001 et 218 en 2000).
Boeing de son coté a obtenu 184 commandes fermes, moins 33 annulations et conversions soit 151 (contre 232 en 2001 et 355 en 2000) et a effectué 295 livraisons (contre 381 en 2001 et 355 en 2000). Près de 30 000 postes ont déjà été supprimés depuis le 11/09/2001, et on redoute 5000 nouveaux licenciements à Seattle.


- 11/2002 : Snecma est défavorable à une privatisation rapide dans le contexte actuel de risque de faillites des compagnies aériennes américaines. Officiellement présentée par le Ministre de l'Economie, Francis Mer, dans la liste des premières entreprises privatisables, juste après Air France et le Crédit Lyonnais, le Président Jean-Paul Béchat déclare qu'il n'a pas repris le processus d'ouverture du capital gelé le 11/09/2001. La récente déclaration du Ministre délégué à l'Industrie, Nicole Fontaine, excluait de brader la Snecma, dont la valorisation avant le 11/09/2001 était estimée entre 5 et 7 milliards d'Euros, soit à peu près la valeur d'une année de chiffre d'affaires.


- 31/12/2002 : Chiffre d'affaires en millions d'Euros :
            - Messier-Dowty : 891 (-12% par rapport aux 1012 de 2001)
            - Messier-Bugatti : 4555 roues et 2155 freins Airbus et Boeing (-10%).


- 14/01/2003 : Snecma estime son chiffre d'affaires 2002 à 6,5 Md€ (confirmé à 6,504 Md€, contre 6,893 Md€ en 2001), soit un repli de 6% au lieu des 10% prévus par rapport à 2001. Jean-Paul Béchat espère que le chiffre pour l'exercice 2003 sera stable ou en légère progression. Le rythme de production en 2002 tombera donc aux alentours de 680 moteurs contre 750 en 2001. Le carnet de commandes s'établit à 10 Md€ au 31/12/2002, contre 9,2 Md€ l'an dernier. Le groupe a maintenu un très haut niveau de Recherche-Développement autofinancée à 622 M Euros en 2002.
Le résultat d'exploitation courant s'élève à 621 M Euros, le résultat d'exploitation réel après corrections s'élève à 466 M Euros. Le résultat net courant s'élève à 304 M Euros à comparer à 322 M Euros (à même définition).
Le résultat net final se monte à 106 M Euros, en tenant compte des éléments non récurrents et des provisions exceptionnelles liées aux difficultés de certaines compagnies aériennes, contre 358 M Euros en 2001.
Le Président a réaffirmé que le secteur des moteurs aurait tout intérêt à être consolidé en Europe et se dit attentif à la situation en Italie de Fiat Avio, qui pourrait être cédé au vu des difficultés actuelles de la maison mère.
Autre défi pour Snecma, l'ouverture du capital du groupe sur le marché boursier, qui n'attend plus que le feu vert de son actionnaire, l'Etat, qui est conditionné par le redressement des performances de la Bourse.
Rolls-Royce de son côté annonce qu'il n'est pas intéressé par la privatisation de la Snecma, qui a une stratégie de coopération avec General Electric, alors que Rolls-Royce coopère avec Pratt & Whitney.


- 11/03/2003 : Le groupe EADS a réalisé un CA 2002 de 29,9 Md€, en baisse de 3% par rapport à 2001, et un résultat négatif de 299 M Euros contre un bénéfice de 1,372 Md Euros en 2001. En conséquence, outre les 1600 départs déjà décidés en 2002, EADS va réduire ses effectifs de 1700 personnes en 2003. Philippe Camus, le Président d'EADS indique qu'Airbus ne fera plus la course au prix les plus bas. L'avionneur doit livrer 900 appareils entre 2003 et 2005. La dégradation du dollar a amputé le chiffre d'affaires, le résultat et le carnet de commandes qui perd ainsi 14 Md€.


- 12/03/2003 : Dassault Aviation a réalisé un chiffre d'affaires 2002 de 3 437 millions d'Euros (3 470 en 2001), pour un résultat net de 312 millions d'Euros (274 en 2001). L'année 2003 devrait enregistrer des chiffres en baisse. L'aviation civile reste la vache à lait de l'avionneur avec 65% des ventes et 77% de prises de commandes consolidées. Sur 138 avions d'affaires en commande, le nouveau Falcon 7X prévu pour 2006 comporte 29 ventes. Les cadences civiles tomberont à 5 appareils par mois en 2003 et 4 en 2004. Pour s'adapter à cette conjoncture, la société table sur le départ naturel de quelques centaines d'employés, moins de 500 sur un effectif de 8 800 personnes. L'avionneur compte aussi sur une reprise des activités militaires qui représentent 63% du carnet de commandes actuel.


- 21/03/2003 : L'Etat français, met fin au projet de rachat par Snecma du motoriste italien Fiat Avio, filiale de Fiat. Les ministères de tutelle en contestent les conditions financières. Jean-Paul Béchat a proposé à Fiat
1,6 milliard d'euros, soit une année de chiffre d'affaires de Fiat Avio. Lors du conseil d'administration, le représentant de l'Etat aurait refusé un engagement supérieur à 1,2 milliard d'euros. Les termes de l'accord entre Snecma et absorption ont également refroidi l'actionnaire français. Soucieux de préserver un actionnaire italien, Rome a imposé que les français partagent le capital de Fiat Avio avec absorption
Carlyle, le fonds d'investissement américain, lié à l'ex-président George Bush senior, est prêt à payer
1,7 à 1,8 milliard d'euros. Carlyle est d'autant plus intéressé qu'il prépare une offre de reprise pour MTU (filiale de Daimler Benz) en Allemagne.


- 7/04/2003 : Annonce d'une nouvelle convention de partenariat signée entre Snecma et l'Ecole des Mines pour 5 ans. Le premier accord date de 1967, à une époque où la coopération Industrie-Recherche n'était pas du tout à la mode. Cet accord est étendu à l'ensemble des sociétés du groupe Snecma, alors qu'il ne concernait jusqu'à présent que Snecma-Moteurs.
Thierry Thomas, chef du département des matériaux et procédés de Snecma-Moteurs et vice-président du "Laboratoire étendu" explique que "les métiers des matériaux sont complexes et nécessitent la maîtrise de beaucoup de disciplines. Snecma a donc une stratégie d'acquisition des connaissances auprès des meilleurs centres de recherche et de transfert de technologie en France mais aussi à l'étranger". Cette démarche suppose le maintien d'une certaine expertise interne pour pouvoir jouer correctement le rôle de spécificateur et d'intégrateur.


- 11/04/2003 : Stéphane Torrez, 41 ans, ingénieur CNAM et diplômé de l'ESC Lille a été nommé au 1/01/2003 Président de la SOPEMEA (groupe APAVE) et de ses filiales Sopavib et Sopaval.


- 25/04/2003 : Les effectifs du groupe Labinal vont faire un bond de 20% avec le rachat programmé du site de câblage de Boeing à Corinth au Texas. Aux 4 000 personnes que le groupe employait fin 2002, ce sont 800 personnes qui viendront s'y ajouter. Au-delà des effectifs, "ce projet va surtout permettre à Labinal de renforcer ses liens, déjà étroits, avec Boeing et de consolider la place de numéro un mondial du câblage électrique pour l'aéronautique civile et militaire" explique Jean-Claude Lepage, le PDG de l'équipementier Labinal devenu filiale du groupe Snecma fin 2000. Labinal avant cette acquisition réalisait 10% du câblage des avions civils Boeing, et va voir passer sa part de marché à 40%, sans compter la câblage des appareils militaires tels que les V-22, B-1B, F-22, KC-135 et B-52.
Commentant l'accord, Mary Armstrong, VP et DG de la branche "Aircraft Systems and Interior" de Boeing Commercial, a tenu à préciser que l'avionneur a conclu un contrat à long terme de fourniture exclusive avec Labinal qui le place à un niveau de partenaire privilégié.
En reprenant ces activités auprès de Boeing, Labinal renforce son pôle câblage qui représentait déjà 225 millions d'Euros sur le chiffre d'affaires global de 325 millions d'Euros en 2002.


- 31/12/2003 : Résultats du Groupe Snecma : CA = 6,4 Md€, effectifs = 39 700 salariés, Résultat net = 182 M€, marge opérationnelle = 7,4%, endettement net = 20%, capacité d’autofinancement = 630 M€, Recherche et Développement = 1,1 Md€.
  dont : (CA des sociétés correspondant au CA consolidé du groupe)
- Snecma SA :
                          holding                   effectifs =     223 personnes.
- Snecma Moteurs :                 CA = 2,6 Md€,              effectifs = 10 589 personnes.
- Snecma Services :               
CA = 379 M€,               effectifs =  2 837 personnes.
- Turboméca :              
CA avec Microturbo = 716 M€,  effectifs =  5 480 personnes.
- Techspace Aero :                 
CA = 255 M€,               effectifs =  1 289 personnes.
- Messier-Dowty :                    
CA = 562 M€,              effectifs =  3 035 personnes.
- Messier-Bugatti :                  
CA = 339 M€,              effectifs =  1 484 personnes.
- Messier Services :
              CA = 138 M€,              effectifs =  1 056 personnes.
- Hispano-Suiza :                  CA = 272 M€,             effectifs =  1 748 personnes.
- Snecma Propulsion Solide : 
CA = 299,5 M€,           effectifs =  1 449 personnes.
- Hurel-Hispano :
                   CA = 572M€,               effectifs =  2 593 personnes.
- Cinch Connectors Ltd :           
CA = NC,                   effectifs =   104 Ltd + 832 Inc.
- Globe Motors :                        CA = 141 M€,               effectifs =  1 108 personnes.
- Microturbo :
                   CA avec Turboméca,         effectifs =    578 personnes.
- Technofan :
                        CA = 39,6 M€,              effectifs =   165 personnes.
- Sofrance :
                          CA = 12,8 M€,              effectifs =   161 personnes.


- 03/2004 : Gilles Bouctot est nommé Président Directeur Général de Messier-Services en remplacement de Benoît Gosset qui rejoint le groupe Snecma. Gilles Bouctot avait intégré Messier-Dowty en 2003 en qualité de Directeur des projets spéciaux, et chargé de l’analyse stratégique de Messier-Dowty et de Messier-Services.


- 04/2004 : Depuis le 11 septembre 2001, Boeing a réduit sa main d’œuvre d’environ 40 000 personnes, son effectif s’élève aujourd’hui à près de 157 000 salariés. Boeing envisage également de se séparer de plusieurs sites de production afin de se concentrer sur les opérations de montage à grande échelle, plutôt que de la production de composants.


- 5/05/2004 : Début du lancement de l’opération « ouverture du capital Snecma». Diffusion d’un courrier et d’une brochure d’information « Snecmascope » à tous les salariés, retraités et anciens salariés du groupe Snecma.
L’Etat fixera la part du capital qu’il souhaite céder, environ 35 %. L’Etat restera actionnaire majoritaire.
Les actions seront offertes à l’achat à 3 types d’investisseurs : particuliers, institutionnels (banques, compagnies d’assurance) et salariés ou anciens salariés. Une réunion d’information est organisée le 17/05/2004 au Palais des Congrès, et à Pau le 25/05/2004 pour les personnels du Sud-Ouest. (54)
Plus de 94,5 millions d’actions Snecma, soit 35,4% des droits de vote du groupe, sont proposées par l’Etat qui en détient 97,2%. La période des offres prend fin le 16/06/2004. La première cotation en bourse aura lieu le 18/06/2004.
L’entrée de General Electric au capital Snecma sera examinée plus tard


- 25/06/2004 : L’offre d’achat a été souscrite 2 fois par environ 800 000 particuliers et les institutionnels.
La moitié des salariés du Groupe Snecma a souscrit dans cette opération.
Le Trésor a fixé le prix de l’action dans la fourchette basse indicative, soit 15,7 € pour les institutionnels et 15,6 € pour les particuliers.
Le nouvel actionnariat devient : Etat = 62,2%, Public = 31,5%, Salariés = 3,5%, UTC = 1,7%, Autocontrôle = 1,1%.


- 20/09/2004 : le titre Snecma intègre l’indice Dow Jones Stoxx 600.


- 15/09/2004 : Snecma annonce un bénéfice semestriel en hausse de 64%, avec un CA de 3,27Md€ en progression de 8%. Sur le plan industriel, Jean-Paul Béchat ne souhaite pas investir dans le développement du moteur GenX destiné au Boeing 7E7 aux côtés de son partenaire General Electric, mais participer à titre d’assistance technologique, dans ce programme estimé entre 50 millions et 1 milliard de dollars. Le groupe Snecma va par ailleurs lancer un important plan de réduction des coûts, visant à déplacer les points d’équilibre de l’ordre de 500 M€ à l’horizon 2007-2008.


- 1/10/2004 : Le Conseil Général des Yvelines accorde une aide de 1,4 M€ à Messier-Bugatti pour l’installation à Vélizy du nouveau banc d’essai de freins carbone.


- 29/10/2004 : Annonce de la fusion entre Snecma et Sagem, qui entraîne ainsi la privatisation de la Snecma. Le futur groupe de 55 000 personnes représente un chiffre d’affaires de 10 Md€.


- 28/10/2004 : Pour se doter des compétences en électronique qui lui faisaient défaut, Snecma scelle une fusion avec Sagem, spécialiste en téléphonie et en systèmes électroniques embarqués. La constitution de ce groupe débouchera sur une entité qui emploiera environ 55 000 salariés, et cela sans impact sur les effectifs, puisque les groupes sont complémentaires sans redondance.
Bien que le chiffre d’affaires consolidé ne fasse que frôler les 10 Md€, il se rapproche des groupes comme General Electric qui atteint 37 Md$, United Technologies avec 34,6 Md$ ou encore Honeywell avec 23,1 Md$. Il devrait se situer dans les 10 premiers groupes technologiques au niveau mondial.
Les activités aéronautiques de Sagem-Snecma atteindront 52% du chiffre d’affaires reconstitué lorsque l’on associe la propulsion et les équipements, les activités commerciales et de défense se partageront le reste, avec 22% dans les télécommunications, et 26% dans la défense et la sécurité.
L’électronique pénètre tous les équipements mécaniques, comme c’est le cas pour les atterrisseurs, les roues et freins du Boeing 7E7, parce que les avions vont de plus en plus vers le tout électrique.
Pour Sagem, son président Grégoire Olivier estime que c’est une fantastique opportunité de pouvoir placer l’électronique de son groupe à bord des avions civils ou militaires, ainsi que les hélicoptères. En 20 ans, la part de l’électronique est passée de 10% à 50% de la valeur ajoutée d’un avion militaire. Sagem veut devenir un leader mondial dans la haute technologie, et possède déjà de sérieux atouts avec 14 000 ingénieurs, ce qui représente le plus gros potentiel au monde.
Pour Sagem, qui est en position de repreneur financier de la Snecma, l’opération lui permettra d’accéder à des connaissances dans l’aérodynamique pour développer de nouveaux systèmes d’avions sans pilote (drones) ou des armements. De son coté Snecma pourra proposer des systèmes complets clés en main à ses clients.
Le conglomérat a trouvé une organisation anglo-saxonne avec un conseil de surveillance présidé par Mario Coloiacovo et un directoire constitué de 3 membres présidé par Jean-Paul Béchat, secondé par Grégoire Olivier et Yves Imbert.


- 13/12/2004 : Christian Knapp est nommé Président-directeur général de Messier-Dowty, en remplacement de Louis Le Portz.


- 1/01/2005 :
Chiffre d’affaires Snecma = 6 812 M€ (+ 6%), Résultat d’exploitation = 511 M€ (+ 7%), Résultat net = 239 M€ (+29 %).
Chiffre d’affaires Sagem = 3 570 M€ (+ 12,3%), Résultat d’exploitation = 105,7 M€ (+ 22,1%), Résultat net = 134,2 M€ (+27 %).


-  18/03/2005 : Jean-Paul Béchat devient président du directoire de Sagem.


- 18/03/2005 : Le nouveau groupe Snecma-Sagem prend le nom de « Safran » pour désigner la holding de tête, les filiales et les marques commerciales conservent leur identité.
Ce nom a été choisi parmi les 4250 dont 1750 ont été proposés en interne par les salariés des deux entités. Le nom du nouveau groupe a été officialisé à l’issue du conseil de surveillance de Sagem SA le 18 mars sous la présidence de Mario Colaiacovo. C’est à cette date qu’il a pris connaissance de la réussite de l’offre publique d’échange assortie d’une offre publique d’achat lancée par Sagem sur les actions Snecma. Cette OPA/OPE permet à Sagem d’obtenir 83,4 % du capital de l’ancienne société Snecma via 94,4 % des actions qui ont été apportées à l’offre Sagem.
La nouvelle dénomination doit encore être entérinée par les actionnaires qui sont appelés à approuver la fusion de Sagem et de Snecma lors de l’AG du 11 mai 2005.
Peu de remaniements interviennent dans le cadre de la constitution des quatre branches, car très peu de regroupements d’activités existent entre les deux groupes d’origine.
Chez Snecma, la branche propulsion (CA 2004 = 4,5 Md€) est dirigée par Jean-Paul Herteman, la branche équipements (CA 2004 = 2,3 Md€) est dirigée par Dominique Hédon, provenant de Sagem, la branche communication (CA 2004 = 2,4 Md€) est placée sous la responsabilité de Grégoire Olivier, tandis que Jacques Paccard préside aux destinées de la branche défense-sécurité
(CA 2004 = 1,2 Md€).
Numéro trois européen du secteur aéronautique et de défense, avec un chiffre d’affaires de 10,4 Md€, le groupe Safran prévoit d’atteindre 11 Md€ dès le premier exercice 2005.
Le 21 mars marque le point de départ du groupe Safran, c’est à dire le premier jour où les équipes ont commencé à travailler. Les actuelles filiales du groupe conservent leur nom, Messier-Dowty, Messier-Bugatti, Messier-Services, Hurel-Hispano, Snecma Moteurs, etc…
 Le nouveau Conseil de surveillance de Sagem est constitué de :
Président du conseil de surveillance : Mario Colaiacovo, Vice-présidente : Anne Lauvergeon (Areva),
Membres : François de Combret (Banque Lazard), Armand Dupuy (Sagem), Jean-Marc Forneri (Bucéphale France), Yves Guéna (ancien président du Conseil Constitutionnel), Philippe Jost (DGA), Xavier La Garde (Sagem), Jean-Yves Leclerc (Agence des participations de l’Etat), Shemaya Levy (Renault), Michel Lucas (CIC), Pierre Moraillon (Ministère Economie et Finances), Dominique Paris (Snecma), Jean-Bernard Pene (DGA), Jean Rannou (ancien chef d’état-major de l’armée de l’air), Michel Toussan (Sagem), Bernard Vatier (Avocat), Miche Washenheim (DGAC)


- 11/05/2005 : Jean-Paul Béchat devient président du directoire du Groupe Safran.


- 10/06/2005 : Snecma Moteurs reprend le nom de son ancien groupe de Tutelle « Snecma », et Hurel-Hispano prend le nom de « Aircelle ».


- 31/12/2005 : Le Groupe Safran comprend 58 000 personnes, dont 45 950 en Europe, 6900 en Amérique, 2850 en Asie, 2000 en Afrique et 100 dans des pays divers.
Le Groupe dirigé par Jean-Paul Béchat comprend 4 branches :

. branche Propulsion Aéronautique et Spatiale: Directeur Général Adjoint - Jean-Paul Herteman,
. branche Défense Sécurité : Directeur Général Adjoint – Jacques Paccard,Jacques Paccard,
. branche Equipements Aéronautiques : Directeur Général Adjoint – Dominique Hédon,
. branche Communications: Directeur Général Adjoint – Grégoire Olivier.

CA 2005 Groupe Safran = 10 577 M€, Résultat net = 501 M€
Messier-Dowty : 3300 personnes, CA 2005 = 597 M€,
Messier-Bugatti : 1350 personnes, CA 2005 = 424 M€,
Messier Services :


- 2/05/2006 : Charles Edelstenne annonce pour Dassault Aviation, lors du salon de l’aviation d’affaires à Genève, que la société a pour la première fois dépassé le seuil de la centaine de ventes en une année, en atteignant 123 commandes fermes, dont 48% pour les appareils de la famille Falcon, soit 3,43 Md€. Les commandes en attente pour le programme totalisent plus de 200 appareils. 60 appareils devraient être livrés en 2006 contre 51 en 2005, les cadences devraient encore augmenter en 2007.


- 1/09/2006 : Nominations au Groupe Safran
. Yves Imbert est nommé conseiller du Président du Groupe Safran
. Dominique Hédon est nommé Directeur général adjoint Stratégie et développement, et conserve les activités Nacelles et inverseurs pendant une période transitoire,
. Yves Leclère est nommé Directeur général adjoint du groupe Safran, en charge de la branche Equipements Aéronautiques,
. Xavier Lagarde est nommé Directeur général adjoint en charge de la branche Communication du groupe Safran et Président Directeur Général de Sagem Communications,
. François Courtot est confirmé Directeur délégué des Affaires Internationales, et prend la fonction de Chairman & CEO de Safran USA Inc


. Jean-Christophe Corde est nommé Président Directeur Général de Messier-Bugatti,
. Jean-Michel Clin est chargé de la coordination de toutes les actions relatives à la Qualité pour le groupe Safran, et conserve la fonction de Directeur des Affaires Industrielles et Informatiques,
. Thierry de Mazancourt est nommé Directeur des Etudes Stratégiques, et coordonne les activités intelligence industrielle pour le groupe.


- 3/09/2007 : Par une décision du Conseil de Surveillance de Safran du 19/07/2007, Jean-Paul Herteman est nommé Président du Directoire du Groupe Safran, en remplacement de Jean-Paul Béchat, qui a atteint l’âge de 65 ans, comme cela avait été prévu dès le 12/12/2006. Jean-Paul Herteman conserve la responsabilité de Président-Directeur Général de Sagem Défense Sécurité. Le Directoire, pour une durée de 4 ans sera composé de Jean-Paul Herteman, président, de Dominique-Jean Chertier, directeur général adjoint en charge des Affaires Sociales et Institutionnelles, et de Xavier Lagarde, directeur général adjoint en charge de la branche Communications.


- 2/09/2007 : Jean-Paul Béchat quitte le groupe Safran.

Il est Administrateur et Président du Comité d’Audit d’Atos Origin, administrateur de Sogepa, membre du Conseil et du Bureau du GIFAS et membre du Conseil et du Bureau de l’UIMM.
Au cours des dernières années, il a été :
Président du directoire de Safran (11 mai 2005 - 2 septembre 2007),
Président du directoires de Sagem (18 mars 2005 - 11 mai 2005),
Président directeur général de la SNECMA (4 juin 1996 - 128 mars 2005),
Administrateur de France Telecom (22 mai 1998 – 25 février 2003),
Administrateur de Natexis Banques Populaires (18 novembre 1998 – 27 mai 2004),
Administrateur d’Aéroports de Paris (9 juillet 2004 – 26 juin 2005),
Président directeur général de Messier-Bugatti (de 1986 à 1994)


- 4/09/2007 : Messier-Dowty International annonce plusieurs nominations au sein de son Comité de Direction.
. Michel Dechelotte est nommé Vice Président Finance, il succède à Georges de Chaisemartin qui prend de nouvelles fonctions dans le groupe Safran.
. Thierry Pistre est nommé Vice Président du Développement et des Processus, en charge de promouvoir les actions de progrès en phase avec le programme Action V du Groupe Safran.
. En plus de ces deux nominations, Messier-Dowty restructure son organisation autour de deux Business Units :
- Joël Berkoukchi assure la direction de la BU Airbus et programmes européens,
- Luigi Mattia est en charge de le BU Boeing et programmes nord américains.
. Simon Luxmore, Senior Vice-Président assure désormais la direction du support client, et sera responsable de toutes les activités d’après-vente, ce qui représente une flotte de 20 000 trains d’atterrissage civils et militaires.


- 10/10/2007 : Messier Services Americas inaugure une nouvelle usine de 10 000 m2 à Queretaro au Mexique. Elle sera dédiée à la maintenance et la réparation des trains d’atterrissage et des équipements hydrauliques associés des appareils : DHC-8, CRJ, Airbus A300, A310, famille A320, A330, A340 et Boeing 737NG.


- 1/01/2008 : Benoît Gosset, 53 ans, est nommé Adjoint au Directeur Général Adjoint du Groupe Safran en charge de la Branche Propulsion.


- 1/02/2008 : Joël Berkoukchi, 42 ans, Ingénieur INSA Toulouse 1989 et IEA Paris, est nommé Président directeur général de Messier Services International, en remplacement de Gilles Bouctot.

Gilles Bouctot, 48 ans, est nommé Adjoint au Directeur général Adjoint du Groupe Safran, Yves Leclère, en charge de la Branche Equipements. Il sera responsable de la Stratégie et des Opérations.


- 1/03/2008 : Christian Mari, 56 ans, ingénieur Ecole Centrale Lyon 1974, DEA Mathématiques Appliquées et Docteur Ingénieur des  Mécaniques des Fluides, est proposé au poste de Directeur Général Délégué de Messier-Bugatti.

Dominique Hédon, 57 ans, est nommé chargé de missions auprès du Président du Directoire Safran.


- 26/09/2008 : Jean-Paul Herteman, président du directoire SAFRAN inaugure le nouveau site Messier-Bugatti aux USA à Walton – Kentucky. Cette usine assurera la production des roues et freins carbone destinés principalement aux clients américains exploitant les Boeing 737 Next Generation, et les Boeing 777-200LR et 300ER, et l’armée de l’air américaine pour ses avions C-17 et KC-135. Le site produira également les freins électriques du Boeing 787 Dreamliner.
Le groupe Safran emploie 7 500 personnes en Amérique du Nord dont 3 500 aux USA. Au 31/12/2007, le groupe employait plus de 63 000 personnes dans plus de 30 pays pour un chiffre d’affaires de 12 Md€.


- 20/10/2009 : Safran célèbre le 20 000ème moteur CFM56, moteur issu de la collaboration 50-50 entre General Electric et Safran, succès sans égal à ce jour avec plus de 500 compagnies clientes, c’est le moteur civil le plus vendu dans le monde. Aujourd’hui, un avion motorisé CFM56 décolle toutes les 2,5 secondes. Avec plus de 6 000 moteurs CFM en carnet de commandes, Safran est bien placé pour réaliser une croissance rentable dans une industrie à cycles longs.
Ceci confirme le parcours exemplaire de la joint-venture entre General Electric et Safran instituée en 1974 et prorogée l’an dernier jusqu’en 2040.


- 30/10/2009 : Jean-Christophe Corde doit abandonner son poste de Président-directeur général de Messier-Bugatti pour le poste de Directeur du Développement International Europe et Afrique du groupe Safran.
Alain Sauret sera proposé au Conseil d’administration de la société Messier-Bugatti comme remplaçant de Jean-Christophe Corde, en qualité de Président-directeur général.


- 01/01/2010 : Alain Sauret devient Président-directeur général de Messier-Bugatti



Highslide JS - 17/09/2010 : Inauguration de l’usine « George MESSIER » à Bidos par Yves LECLERE, Vice-Président du Groupe SAFRAN, et Pascal SENECHAL, PDG de Messier-Dowty. La construction de cette usine marque l’aboutissement d’un plan de 40 M€ de modernisation, afin d’assurer la montée en cadence des nouveaux programmes. Couvrant près de 8 000 m², ce nouvel établissement permettra la production de plus de 2 000 trains d’atterrissage par an.
Le communiqué Safran

- 02/05/2011 : Safran annonce la fusion de ses filiales Messier-Bugatti, Messier-Dowty et Messier-Services en créant Messier-Bugatti-Dowty, leader mondial de l'atterrissage et du freinage aéronautiques.
Alain Sauret devient président de Messier-Bugatti-Dowty
Le communiqué Safran

- 27/05/2013 : Vincent Mascré devient Président-directeur général de Messier-Bugatti-Dowty.


- 24/11/2014 : Décès de jean-Paul Béchat.
Un article de Flight international (communiqué par Gérard Volan)

- 29/05/2015 : Le siège de Messier-Bugatti-Dowty à Vélizy prend le nom de Jean-Paul Béchat.
Communiqué de presse MBD et photos

- 26/05/2016 : Messier-Bugatti-Dowty change de nom et s'appelle dorénavant SAFRAN LANDING SYSTEMS
L'organisation SAFRAN LANDING SYSTEMS 2016


Suite

Etabli par Glémarec M. - le 1/05/2005  dernière mise à jour le 26/05/2016

Historique Messier Accueil
Historique Messier 1920 à 1945
Historique Messier 1946 à 1970
Historique Messier 1971 à 1994
Historique Messier 1995 à 2000

Historique Messier à partir de 2001
Historique Messier annexes (SNECMA et sources)
Anciennes publicités Messier
Bulletins Messier Informations
Plaquette Messier de 1935 / Amicale George Messier

Moteur de recherche dans toutes les pages HISTOIRE


Date de dernière mise à jour du site : 22/05/2017

Copyright © 2006 tous droits de reproduction réservés


Sous Menu Histoire de l'ACAM
Messier Automobiles | Historique Messier | Logos Messier | Biographie dirigeants | Premiers équipements

Chronologie Trains d'atterrissages - Avions | Historique aviation | Philatélie | Photos | Vidéos


Plan du site


Remonter